Réalisation: Insensa

sites d'observations

 

Suivi Fort l'écluse

"Le défilé du Fort l’Ecluse est pratiquement la sortie naturelle du Plateau suisse en direction du sud-ouest. Cet "entonnoir" géographique provoque une concentration des migrateurs en ce point, la crête du Jura paraissant les guider, surtout lorsque le plafond nuageux est bas. En effet, c’est dans cette région que la chaîne principale du Jura devient de plus en plus élevée (Le Reculet, 1717 m) et s’oriente au sud. De l’autre coté du défilé du Fort l’Ecluse, au fond duquel coule le Rhône, ce plissement se termine par le Vuache (altitude comprise entre 890 et 1101 m), qui mesure une dizaine de kilomètre de long. A l’est, le Salève (altitude : 1200-1375 m) et, bien au-delà, les Préalpes savoyardes influencent aussi le passage.
Le passage dans le défilé lui-même (altitude 343 m au Pont Carnot) est loin d’être la règle générale. En effet, un grand nombre de migrateurs ne transitent pas par le défilé mais débordent vers l’est et passent sur le Vuache. D’autres individus, surtout par temps clair, franchissent la chaîne du Jura en amont du Crêt d’Eau (1621 m)." Extrait de « CHARVOZ & AL. 1996 »

Le site d’observation se trouve au pied nord-est du massif du Vuache, sur la rive gauche du Rhône, entre le fleuve et le village de Chevrier, à une altitude de 400 mètres. Le lieu même de suivi se trouve entre les lieux dits Champ Vautier et Rogy le long de la voie SNCF. Cette position offre les meilleures conditions de visibilité à la fois sur la chaîne du Jura au nord et en direction du massif du Salève à l’est.

Les observations sont effectuées au minimum et si les conditions le permettent de 10h à 17h en été et de 9h à 16h en automne.  Les individus de chaque espèce en migration active sont identifiés, comptés et leur nombre (plus l’âge et le sexe si il y a lieu) est reporté par demi-heure sur une fiche de suivi conçue à cet effet. Un suivi horaire des conditions météorologiques est effectué, en parallèle au comptage, par le responsable du suivi. Il consiste à relever 6 critères définis préalablement : couverture nuageuse, type de nuage, type de précipitation et intensité, direction et force du vent, visibilité.

Les rapaces et grands oiseaux (ciconiiformes, cormorans) constituent la cible principale du suivi et sont en conséquence dénombrés à l’unité. Les pigeons font l’objet d’une estimation par groupes. Toutes les autres espèces en migration active sont, dans la mesure du possible, authentifiées. Leur dénombrement fait l’objet, selon les cas, d’estimations par tranches de 30 minutes (hirondelles, passereaux).

Un salarié de la LPO délégation Haute-Savoie est responsable du suivi du lundi au vendredi, du 15 juillet au 15 novembre. Il est remplacé les week-ends, les jours fériés et après le 15 novembre par un ou plusieurs bénévoles.

Au total durant la période de suivi 2010, 32346 rapaces diurnes représentant 19 espèces ont été dénombrés. Parmi ces 19 espèces, 5 représentent 97,8% de l’effectif total. Il s’agit de la Buse variable (38,4%), de la Bondrée apivore (16,7%), du Milan noir (21,1%), du Milan royal (15,1%) et de l’Epervier d’Europe (5%). A titre de comparaison, le Busard des roseaux qui vient en sixième position en termes d’effectif
ne représente que 1,9% du total des rapaces. Trois espèces n’ont été contactées qu’une seule fois : l’Aigle pomarin, l’Aigle royal et l’Aigle botté. 52 rapaces indéterminés ont également été notés dont 12 faucons.

Hors rapaces, ce sont 61 espèces qui ont été contactées en migration active. 2010 est à nouveau une très bonne année pour la Cigogne blanche malgré un effectif légèrement inférieur à 2009. L’effectif de Cigogne noire est aussi remarquable qu’en 2009 avec 133 individus. Les effectifs de Héron cendré et de Grand cormoran reviennent dans la moyenne après une saison 2009 décevante. La Grande aigrette est LA grande absente de la saison avec seulement 32 oiseaux alors que l’effectif saisonnier de ces dernières années était plus proche de la centaine d’individus. Comme à l’accoutumée, quelques groupes de Grues cendrées ont été notés, totalisant 70 individus. Le passage des Pigeons ramiers a été remarquable, avec un effectif supérieur à 100000 individus ce qui n’était plus arrivé depuis plus de 10 ans. L’effectif de corvidés reste faible mais relativement stable.

La dernière synthèse de suivi est disponible ici en téléchargement.

ecluse

sites d'observations

 
JoomSpirit