Réalisation: Insensa

sites d'observations

 

Suivi Hucel

Le site de suivi est situé à 970 mètres d’altitude à la limite du plateau du Maravant où se situe la commune de Thollon-les-Mémises. La sphère d’observation y est très vaste : elle commence à 383m d’altitude, des rives du lac au hameau de Troubois, et monte jusqu’au sommet du pic des Mémises à 1674 m. Entre le lac et les montagnes des Mémises, la sphère a une largeur d’environ 4 km. A 970 m d’altitude (590 m au-dessus du niveau du lac), la vue dégagée offre un large champ de vision vers Lausanne et Evian.

Le flux migratoire est orienté O.S.O. - E.N.E., la majorité des oiseaux préférant longer le Léman plutôt que de le traverser dans sa plus grande largeur. Le site du Hucel n’est pas un site équivalent à ceux du Sud de la région (Escrinet, Pierre-Aiguille) au sens où il concentre essentiellement des rapaces.

Les rapaces et grands oiseaux (ciconiiformes, cormorans) constituent la cible principale du suivi et sont en conséquence dénombrés à l’unité. Les pigeons font l’objet d’une estimation par groupes. Toutes les autres espèces en migration active sont, dans la mesure du possible, identifiées. Leur dénombrement fait l’objet, selon les cas, d’estimations par tranches de 30 minutes (hirondelles, passereaux).

Un suivi horaire des conditions météorologiques est effectué, en parallèle au comptage, par le responsable du suivi. Il consiste à relever 6 critères définis préalablement : couverture nuageuse, type de nuage, type de précipitation et intensité, direction et force du vent, visibilité.

Un salarié de la LPO délégation Haute-Savoie est responsable du suivi du lundi au vendredi, du 2 mars au 29 mai. Il est remplacé les week-ends et les jours fériés par un ou plusieurs bénévoles.

Au total, durant la période de suivi 2010, 13865 rapaces diurnes représentant 18 espèces ont été dénombrés. Parmi ces 18 espèces, 5 représentent 98% de l’effectif total. Il s’agit de la Buse variable (57 %), de la Bondrée apivore (16 %), du Milan noir (12 %), de l’Epervier d’Europe (7%) et du Milan royal (6 %). Une espèce n’a été observée qu’une seule fois : le Faucon émerillon.

Hors rapaces, 26 espèces ont été contactées et peuvent être considérées comme migratrices. On notera les mentions uniques pour la saison de quelques particularités pour le site : Aigrette garzette, Grande aigrette, Cigogne blanche ainsi que la mention d’un Martinet pâle.

La synthèse du suivi scientifique de l'année 2010 est disponible ici en téléchargement.

hucel

sites d'observations

 
JoomSpirit